L’histoire de Belinda

Je m’appelle Belinda. Je suis assistante et chanteuse (mon passe-temps favori), mon entourage me décrit comme une personne attentionnée, sympathique et heureuse. Malheureusement, les infections urinaires ont été mon lot quotidien dès ma jeunesse.

J’ai fait le tour des médecins et des hôpitaux, j’ai pris des médicaments, on m’a fait des piqûres et des radios, et j’ai subi divers examens et chirurgies. On m’a finalement diagnostiqué une rétention urinaire (la cause en est inconnue). Ma vessie ne s’était pas vidée correctement depuis des années, d’où les infections.

Dans mon cas, le but de l’auto-sondage intermittent est de réduire mes infections urinaires. En vidant ma vessie complètement et régulièrement, j’empêche l’urine de stagner et les bactéries de se développer. On m’a aussi dit que cela permettrait de réentraîner le muscle de ma vessie pour qu’un jour il fonctionne à nouveau tout seul, mais on ne m’a donné aucune garantie.

Je n’aime pas trop l’idée de m’autosonder, mais en même temps, je suis optimiste à l’idée de voir ma situation s’améliorer et de me débarrasser de ces infections à répétition !

Pour découvrir l’histoire de Belinda (du 1er au 1 028e jour), cliquez sur la ligne chronologique ci-dessous et faites-la défiler en maintenant le bouton de la souris enfoncé


jour : 1


jour 2

Jour 1

J’ai reçu mon apprentissage aujourd’hui. Je voulais être courageuse, mais j’étais pétrifiée, même si l’infirmière était très gentille.

J’étais assise sur le lit, nue, les jambes écartées, un miroir placé droit devant moi pour pouvoir voir.

L’infirmière m’a demandé de pointer avec mon doigt l’endroit où l’urine sort de mon corps. Pour être honnête, je n’avais jamais regardé auparavant. Le petit orifice en forme d’étoile au-dessus de l’ouverture de mon vagin était presque invisible, mais c’était la bonne réponse. Je venais de trouver le méat urinaire !

Après m’être lavé les mains et les parties intimes, j’ai inséré la sonde. Lorsque l’urine a commencé à couler dans la cuvette en plastique en forme de haricot posée à proximité, j’étais sur un petit nuage. En fin de compte, ce n’était pas si terrible que ça.