L’histoire de Belinda

Je m’appelle Belinda. Je suis assistante et chanteuse (mon passe-temps favori), mon entourage me décrit comme une personne attentionnée, sympathique et heureuse. Malheureusement, les infections urinaires ont été mon lot quotidien dès ma jeunesse.

J’ai fait le tour des médecins et des hôpitaux, j’ai pris des médicaments, on m’a fait des piqûres et des radios, et j’ai subi divers examens et chirurgies. On m’a finalement diagnostiqué une rétention urinaire (la cause en est inconnue). Ma vessie ne s’était pas vidée correctement depuis des années, d’où les infections.

Dans mon cas, le but de l’auto-sondage intermittent est de réduire mes infections urinaires. En vidant ma vessie complètement et régulièrement, j’empêche l’urine de stagner et les bactéries de se développer. On m’a aussi dit que cela permettrait de réentraîner le muscle de ma vessie pour qu’un jour il fonctionne à nouveau tout seul, mais on ne m’a donné aucune garantie.

Je n’aime pas trop l’idée de m’autosonder, mais en même temps, je suis optimiste à l’idée de voir ma situation s’améliorer et de me débarrasser de ces infections à répétition !

Pour découvrir l’histoire de Belinda (du 1er au 1 028e jour), cliquez sur la ligne chronologique ci-dessous et faites-la défiler en maintenant le bouton de la souris enfoncé


jour : 580


jour 540 jour 623

Jour 580

C’est aujourd’hui le grand jour (roulement de tambour). Aujourd’hui, c’est la première fois que j’ai utilisé des toilettes publiques qui ne soient pas pour handicapés !

 

Je ne prévoyais pas de le faire. Je participais à un programme de formation dans un grand établissement style restaurant, et il n’y avait qu’un sanitaire pour handicapés/bébés. La manière dont ces toilettes étaient conçues faisait qu'elles n'étaient pas complètement fermées et qu'un espace était visible, mais cela ne m’a pas empêchée de les utiliser plusieurs fois – après tout, si quelqu’un veut m’épier, qu’il m’épie.

Jusqu’à ce que…

À la fin de la séance, je suis retournée aux toilettes pour handicapés et j’ai remarqué que le verrou de la porte était cassé… donc j’ai utilisé les toilettes normales. Comme quoi, tout peut changer en un instant !

J’étais fière d’avoir su m’adapter aux circonstances sans trop m’en inquiéter, et je suis décidée à garder la même attitude.