L’histoire de Belinda

Je m’appelle Belinda. Je suis assistante et chanteuse (mon passe-temps favori), mon entourage me décrit comme une personne attentionnée, sympathique et heureuse. Malheureusement, les infections urinaires ont été mon lot quotidien dès ma jeunesse.

J’ai fait le tour des médecins et des hôpitaux, j’ai pris des médicaments, on m’a fait des piqûres et des radios, et j’ai subi divers examens et chirurgies. On m’a finalement diagnostiqué une rétention urinaire (la cause en est inconnue). Ma vessie ne s’était pas vidée correctement depuis des années, d’où les infections.

Dans mon cas, le but de l’auto-sondage intermittent est de réduire mes infections urinaires. En vidant ma vessie complètement et régulièrement, j’empêche l’urine de stagner et les bactéries de se développer. On m’a aussi dit que cela permettrait de réentraîner le muscle de ma vessie pour qu’un jour il fonctionne à nouveau tout seul, mais on ne m’a donné aucune garantie.

Je n’aime pas trop l’idée de m’autosonder, mais en même temps, je suis optimiste à l’idée de voir ma situation s’améliorer et de me débarrasser de ces infections à répétition !

Pour découvrir l’histoire de Belinda (du 1er au 1 028e jour), cliquez sur la ligne chronologique ci-dessous et faites-la défiler en maintenant le bouton de la souris enfoncé


jour : 6


jour 5 jour 8

Jour 6

Jusqu’à aujourd’hui, je me suis entraînée de manière peu pratique, au sol.

Mais maintenant, je dois trouver une nouvelle position que je puisse adopter à long terme et utiliser dans toutes les toilettes. Alors, aujourd’hui, j’ai décidé de faire un essai… 

J’ai fixé un miroir sur la cuvette des toilettes, à l’aide de ruban adhésif chirurgical. Ensuite, j’ai retiré mon pantalon et mes sous-vêtements et je suis restée debout, tournée vers l’avant, mes jambes écartées de chaque côté de la cuvette des toilettes (en veillant à ce qu’elles ne touchent aucune partie des toilettes, pour éviter les germes !). J’ai placé mon cathéter et mes lingettes sur du papier toilette pour qu’ils restent stériles, et sur une surface plane pour éviter qu’ils ne tombent par terre et soient contaminés. J’avais allumé la lumière pour pouvoir bien voir le miroir en dessous de moi.

J’ai écarté la peau pour voir mon urètre s’ouvrir et j’ai inséré le cathéter. Cela s’est bien passé et j’ai été ravie d’avoir surmonté un nouveau défi.