Menu
crop_Paul-Kerensa_photo-adjust.jpg

Avant d’aller plus loin dans notre quatrième et dernière aventure sur les mariages du point de vue d’un utilisateur de sonde, je dois vous dire : j’aime les mariages, vraiment. Je ne suis pas quelqu’un d’angoissé en société, c’est juste que j’aime bien planifier. Mais décrivez-moi un mariage qui n’a pas traîné au moins une heure de trop, et je vous parlerai du groupe d’invités exténués qui regrettent secrètement d’avoir accepté de partager la même voiture à minuit.

Comme les oncles complètement saouls qui tentent La Macarena sur la piste de danse, le temps a tendance à filer. Ainsi, lors des mariages, j’aime savoir ce qui va se passer et quand. Allez, les mariés, ne faites pas durer le suspense (et la faim) ; dites-nous à quelle heure on va passer à table, écouter les discours et déguster le gâteau. Je ne veux pas me retrouver à envisager d’aller aux toilettes, pile lorsque débutent quatre-vingt-dix minutes de remerciements et de discours embarrassants des demoiselles et des garçons d’honneur.

Lors de ce récent mariage, mon père était là aussi, et il a même développé l’endurance de ma vessie en contribuant à faire traîner les discours, histoire de prolonger mon supplice. Comment ? Pourquoi ? En raison d’un concours stupide. Notre table a parié sur la durée des discours. Tout le monde a mis un dollar au centre de la table, et a écrit son pari pour la durée combinée des baratins du père de la mariée, du marié et de son témoin. Et ça a duré, duré... dépassant les paris de tout le monde sauf le mien et celui de mon père. J’avais parié sur quarante-cinq minutes au total. Mon père avait parié sur plus longtemps que quiconque, avec quarante-huit minutes. Alors que mon chronomètre franchissait les quarante-cinq minutes, et que ma vessie avait largement dépassé l’heure des toilettes, le témoin semblait conclure. S’il terminait comme prévu, j’allais gagner...

Mon père ne l’entendait pas de cette oreille. Alors que nous voulions tous que le témoin s’assoie enfin, mon père a commencé à le chahuter en disant : « Vous n’avez pas remercié le personnel du bar ! » Le témoin a rougi et les a rapidement remerciés, avant que mon père ne s’en mêle à nouveau : « Et pourquoi on n’applaudirait pas Tante Gloria ? » En effet, oui, nous étions tous contents que Tante Gloria ait réussi à venir aujourd’hui. Elle a fait un petit signe de la main, ma vessie a fait un petit soupir, et le chronomètre a continué sa course jusqu’aux quarante-huit minutes.

Mon propre père. De la triche. J’espère que les huit dollars en valaient la peine.

Trinquons* donc aux jeunes mariés, et à toutes les futures journées de mariage. Et quand je serai témoin à un mariage l’an prochain, je ferai en sorte que mon discours soit aussi bref que possible. Du moins, si je n’ai pas réussi à aller aux toilettes avant...

*L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

The opinions expressed here are of a personal and anecdotal nature, and are in no way a substitute for professional medical advice. You should always consult your doctor or nurse if you have any questions.

Pour parler à nos infirmières conseil Me+, appelez le 0800 00 47 67 (appel gratuit depuis un poste fixe)